... ou la médiation
               par les élèves
                            pour les élèves

 

Qu’est-ce que la médiation par les pairs ?

« La médiation est un processus qui permet, lors d’un conflit, l’intervention de personnes extérieures au conflit et formées, pour dépasser le rapport de force et trouver une solution sans perdant ni gagnant. »

La médiation, c’est instaurer la parole comme mode alternatif de résolution des conflits mineurs. C’est tout simplement donner un espace à la parole au sein de l’’établissement.

Elle est aussi un processus de gestion des conflits mais ne représente pas une mesure disciplinaire en soi. Elle constitue une autre option au modèle disciplinaire mais n’est pas incompatible avec la sanction. Elle vise à créer un nouvel espace de régulation des conflits. Elle repose sur une redéfinition des rapports entre élèves et entre élèves et adultes.
Sa mise en place ne se décrète pas, elle nécessite un accord, une adhésion de l’ensemble des acteurs de la communauté scolaire. Pour cela, le projet médiation par les pairs a besoin à la fois d’une institutionnalisation ainsi que d’une inscription dans le temps.
Cette notion de temps nous permet d’aborder la médiation comme un processus éducatif et d’apprentissage sur la durée. C’est un changement de représentation à l’égard des modes de gestion des conflits.

L’institutionnalisation de la médiation scolaire nécessite l’implication d’un groupe d’adultes (équipe de direction en premier lieu, équipe éducative et parents). Cette implication passe par l’appropriation de ce que représentent la médiation, la sensibilisation de l’ensemble des élèves, la formation et l’accompagnement des médiateurs. C’est un projet qui questionne, soulève des craintes, des difficultés, des objections et des peurs. Il est donc nécessaire de les prendre en compte et d’en débattre avec l’ensemble de la communauté scolaire.

C’est un projet qui a vocation à apaiser le climat scolaire, à responsabiliser les élèves, à améliorer les relations entre élèves et entre élèves et adultes, à favoriser de nouvelles solidarités au sein de l’établissement. La médiation est donc bien un projet à long terme qui contribue à remplacer la violence par les mots.

C’est un chantier éducatif à part entière qui doit faire partie d’une démarche inscrite au projet d’établissement et qui doit sensibiliser tous les acteurs de l’établissement scolaire, parents bien évidemment inclus.

C’est un projet passionnant tant pour les élèves, l’équipe des adultes de l’établissement que pour les formateurs. Il contribue à la promotion d’une culture de la non-violence. C’est un véritable pari sur l’avenir.

(Une expérience de médiation scolaire par les pairs en collège, par Isabelle Descourvières, Corinne Nonin, Thierry Schaeffer, article paru dans la revue Foeven, n°159 - mai 2010) 

Objectifs de l’action :

- Prévenir la violence scolaire en instaurant une culture de la médiation scolaire dans l’établissement,

- Responsabiliser les élèves dès le plus jeune âge en les mettant en situation de médiation (dès le CM1 et jusqu’au lycée),

- Développer chez les jeunes des compétences sociales, citoyennes et civiques intégrées au socle commun de connaissance et de compétences,
- Améliorer les relations entre élèves et entre élèves et adultes

Historique :

L’origine du projet "médiation par les pairs" au sein des Aroéven est né avec l’Aroéven de Rouen lors de l’université d’été d’août 1996 organisée par la Fédération des Aroéven qui avait pour thème « Ecole – conflits et médiation en France et en Europe ».

Jean-Pierre BONAFE-SCHMIT, sociologue au CNRS et intervenant lors de cette rencontre, présente les débuts de ses recherches sur le thème de la médiation par les élèves qu’il expérimente dans la banlieue lyonnaise.

En 1997, il effectue une première restitution des résultats de ses travaux lors d’un de nos regroupements. C’est après un contact avec le collège Robespierre de Saint Etienne du Rouvray (76) et l’Aroéven de Rouen qu’une expérimentation démarre en 1998.
C’est ainsi que débute l’engagement des Aroéven dans ce dispositif. L’Aroéven de Lorraine s’inscrit naturellement dans le processus et y œuvre depuis plus de 5 ans, poursuivant ainsi l'important travail engagé sur ce thème par Corinne Nonin (Aroéven de Rouen), Isabelle Descourvières (Aroéven de Bourgogne) et Thierry Schaeffer.

Descriptif des étapes :

Le dispositif se met en place en 3 étapes :

  Sensibilisation et formation d’une équipe d’adultes accompagnateurs des élèves médiateurs

  Sensibilisation des élèves

  Formation des élèves médiateurs

La formation des adultes accompagnateurs se déroule sur une journée.

La formation des élèves médiateurs se déroule sur 3 séances de 3 heures.

Les élèves médiateurs, une fois formés recevront les élèves après les conflits et auront pour mission de restaurer le dialogue entre les deux parties.

Une séance de bilan entre médiateurs et adultes accompagnateurs est prévue en fin d’année scolaire afin d’analyser les modalités d’organisation du dispositif.

Les intervenants Aroéven apportent leur expérience et leur expertise dans le domaine de la médiation par les pairs.

Obstacles rencontrés et moyens pour les surmonter :

La gestion de l’urgence qui vient parfois empêcher de mettre en place les permanences de médiation d’où l’importance de prévoir des procédures de mise en place des médiations,
La disponibilité des adultes pour observer les petits conflits et prendre le temps de rencontrer le pilote de la médiation
Bilan de l’action : pour vous, pour les élèves, coût…

Extrait d’une recherche action européenne par Sylvie CONDETTE : Une diminution sensible du nombre des incivilités

Les insultes, bagarres, n’ont pas complètement disparu, mais elles sont dans la plupart des cas prises en charge par les élèves eux-mêmes qui se montrent beaucoup plus concernés par ce qui jusqu’alors était considéré comme des « problèmes interpersonnels ».

L’amélioration de la qualité de la vie scolaire. Elle se manifeste par une nécessaire recherche de cohérence interne. On constate que pour influencer positivement un environnement, pour modifier sensiblement mais durablement les comportements, il est essentiel qu’une majorité d’acteurs significatifs agissent dans cette voie de manière cohérente et concertée au niveau de leurs discours et de leurs pratiques. Dans cette perspective, la médiation se place véritablement au cœur de la complexité de l’organisation scolaire et des rapports sociaux.

Un travail sur les valeurs. Plus qu’un travail sur les valeurs, il s’agit en réalité d’une éducation aux valeurs. Celle-ci est sous-tendue par le règlement intérieur du collège qui rappelle la loi et fixe ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas dans l’établissement. Cette éducation aux valeurs est relayée par les adultes de l’établissement et les élèves médiateurs, mise en application et expérimentée par un certain nombre d’élèves (soit en tant que médiateurs, soit en tant que participants à la médiation). Il est alors possible, par le biais de la médiation, de travailler sur des notions telles que : le juste et l’injuste ; le tolérable et l’inacceptable ; le légal et l’illicite, les représentations, la rumeur (initiée l’utilisation des réseaux sociaux), le harcèlement, le vivre ensemble…

Les limites de l’action des élèves. Il est bien évident que tous les conflits ne peuvent être pris en charge par les élèves eux-mêmes. Seuls les petits conflits entrent dans le dispositif car il n’est pas question de faire porter aux élèves médiateurs une responsabilité qui serait trop lourde pour eux. Pour les actes plus graves, ce sont les adultes de l’établissement qui interviennent, appliquant alors les dispositions prévues au règlement intérieur et s’efforçant comme toujours de rendre la sanction éducative, l’objectif visé étant à la fois de modifier les comportements des élèves et de leur faire prendre conscience de la nature de leur acte et de ses conséquences.

La nécessité d’une formation. Une formation « initiale et continue » nous semble ici indispensable. Le travail opéré s’inscrit dans la durée et il faut procéder par étapes progressives, successives. Nul ne peut s’improviser ou se déclarer « médiateur » parce qu’il aurait des facilités à entrer en communication avec autrui. La formation à la médiation concerne tous les acteurs de l’établissement : les élèves médiateurs en premier lieu, mais aussi les adultes accompagnateurs.

Les bienfaits de la médiation :

Certains élèves médiateurs, en difficulté scolaire ou familiale, retrouvent une forme de confiance en soi, par le biais de leur participation au dispositif. Ils sont perçus différemment, et se disent reconnus pour leur travail de médiation.
Outre l’estime de soi qui s’en trouve améliorée, la médiation permet également de construire des compétences sociales et civiques, et offre aux élèves des moyens originaux de prendre des responsabilités dans la vie du collège.

(sources : J.P. Bonafé Schmitt, B. Diaz et B. Liatard)

Transposition du projet :

Ce projet est transférable en l’adaptant à la réalité des différents établissements scolaires de l'école primaire au lycée.

Coût :

Le coût de cette action dépend du projet mis en place. Nous construisons le projet avec vous, selon les objectifs précis que vous souhaitez atteindre et en fonction des problématiques liées à votre établissement en effectuant si nécessaire un diagnostic.

Territoire d’intervention :

Nous couvrons tous les établissements de l’Académie de Nancy-Metz.

Clip présentant le dispositif de médiation dans l'Académie de Rouen - Site Eduscol